Vie et mort de Pier Paolo Pasolini
 

Videos

Photos

Presse

"Scandaliser est un droit. Être scandalisé, un plaisir. Quiconque refuse le plaisir d’être scandalisé est un blême moraliste." Pasolini. 31 octobre 1975.

 

Informations

 

280 représentations

Pièce de :
Michel AZAMA

Mise en scène :
Jean Menaud

Avec :
1984 (Théâtre Essaïon)
Michel Derville
Michel Godin
Jean Menaud
Jean Saignemorte

1986 (Théâtre du Tourtour)
Michel Derville
Rémy Riflade
Jean Menaud
Jean Sparaco

2000 (Vingtième Théâtre)
Michel Derville
Nicolas Cazalé
Jean Menaud
Cyril Romoli

2003 (Vingtième Théâtre)
Michel Derville
Salim Kechiouche
Jean Menaud
Cyril Romoli

L’écriture volontairement dépouillée de Michel Azama, la construction cinématographique de la pièce laissent au metteur en scène un grand espace de liberté. En opposition à l’apparent quotidien des dialogues et des situations, apparaît tout le tragique de l’affrontement d’un homme seul face à un ordre moral qu’il conteste. Au delà des échos de ce destin singulier, surgissent des résonances troublantes dans notre actualité 2003.
Belle matière pour tenter, en toute immodestie, de s’approcher d’un drame shakespearien !

"Pasolini est mort d’une façon accordée, non à sa vie, mais aux convictions et aux préjugés de la société italienne : non par sa faute, mais par celle des autres. En d’autres termes, et pour être tout à fait clair : Pelosi et consorts ont été le bras qui a tué Pasolini ; mais les fauteurs de crime sont légion : ils sont la société italienne toute entière."
Alberto Moravia

pier paolo pasolini affiche pier paolo pasolini affiche pier paolo pasolini affiche pier paolo pasolini affiche


La pièce n’est ni le 34ème procès de ce dérangeur, ni son hagiographie. Elle donne à voir toutes les situations d’exclusion auxquelles a été confronté ce poète, romancier, journaliste, cinéaste, qui réussissait le tour de force d’être à la fois communiste et exclu du parti, marxiste impénitent deux fois primé par l’Office Catholique du cinéma, honni, dérangeant, jamais là où on aurait cru l’attendre. Pasolini, critique lucide d’un pouvoir politique, écrit en 1975, peu de temps avant sa mort :
“ ... C’est un pouvoir qui manipule en transformant la conscience de la pire façon, instituant ces nouvelles valeurs aliénantes et fausses que sont les valeurs de la consommation et de l’argent ...”

Cette société-là le mènera sur une plage d’Ostie un soir de novembre 1975, assassiné par un prostitué de passage. Dans l’énigme de ce destin, l’assassin n’est plus le loubard ramassé une nuit de drague, mais la société d’un pays social-démocrate réactionnaire.

Lorsque tant de pays d’Europe et d’ailleurs dérivent -dangereusement- vers l’extrémisme, il paraît indispensable de montrer ce refus d’un HOMME SCANDALEUX .

Extraits videos

Extraits 1
Extraits 2
Extraits 3
Extraits 4
Extraits 5

Photographies


photo

photo

photo

photo

photo

photo
text 1

Presse "L’histoire atroce et exemplaire d’un être de lumière au parcours tortueux. Un spectacle tout simple, tout beau, tout obscur et tout clair..."
Télérama

"... Au-delà des préjugés, mais proche de la vie telle qu’elle est et du théâtre tel qu’il doit être, ce spectacle est certainement l’un des plus intéressants qu’on puisse voir en ce moment..."
France-soir

"... C’est un fulgurant spectacle en retour à Pasolini que Jean Menaud, qui lui ressemble, livre dans un combat de fraternelle ferveur sur un texte de Michel Azama..."
L’Humanité

"... Ce spectacle est une tragédie réaliste montée comme un film-vérité..."
LE PARISIEN

"... Jean Menaud met en scène cette anthologie en refusant tout effet. La force dramatique vient du texte... Incarnant Pasolini, le réincarnant devrait-on dire, jusqu’à la ressemblance la plus troublante. Il jette à la face du public comme un cri. A croire que comme Pasolini, il va lui-même y laisser sa peau..."
L’Express

"... Le texte en est original. La qualité des mots, la poésie, le réalisme qui s’en émanent n’en sont que plus poignants... Jean Menaud est une torche. Il brûle pendant deux heures. Il accélère nos battements de coeur. Etre habité à ce point tient de la sorcellerie."
Art & Culture

"... Jean Menaud a réglé une mise en scène remarquable de sensiblité et d’intelligence. L’audace de certaines situations, la tension, l’érotisme et la violence qui s’en dégagent sont parfaitement fidèles à l’esprit du metteur en scène de “ Théorème “ et de “ Salo “. Michel Derville campe avec une très belle finesse et une grande sobriété les multiples accusateurs, “Ceux d’en face “..."
A.F.P.

"... Un décor sommaire, un plateau presque austère et des comédiens habités, il n’en faut parfois pas davantage pour faire d’une scène de théâtre un lieu d’insolence et de vérité..."
V.S.D.

"... Cette pièce ne choisit jamais la facilité. Le texte, les personnages et leur interprétation y sont sans concession. La réalité de l’existence de Pasolini y est montrée sans fard. L’interprétation occupe une place essentielle dans ce spectacle. La distribution est une vraie réussite. Jean Menaud ne se contente pas d’interpréter Pasolini, il le vit jusqu’au plus profond de son être. Sa ressemblance avec le romancier italien est étonnante. Certaines scènes sont de véritables morceaux d’anthologie : Pasolini filmant “ Théorème “ sous les yeux fascinés de son amant, Ninetto Davoli. L’on comprend ce que signifie l’expression “monstre sacré “. Nicolas Cazalé, qui joue le meurtrier, et Cyril Romoli, qui interprète Davoli font preuve d’un talent plus que certain. Enfin, l’idée de faire interpréter par un seul et même acteur, Michel Derville, le rôle à visage multiple de tous les détracteurs de Pasolini, “Ceux d’en face “, est une astuce de mise en scène qui se révèle efficace, cela permet à cet acteur unique de jouer tous ces personnages."
Le Monde

"... Evoquer au théâtre le destin exceptionnel de ce poète-romancier, conspué par une société bien-pensante, tel est le parti-pris de Michel Azama... Fascinant de douleur rentrée, le regard pris, électrisé, avec des crépuscules subits, Jean Menaud ouvre les portes de l’univers pasolinien, crache les mots d’une vie chaotique et nous immerge dans les tréfonds de cette âme fracturée. Mise en scène épousant magnifiquement la chorégraphie des corps, scénographie épurée, distribution impeccable. Michel Derville, parfait, épaulé de Cyril Romoli, tendre éphèbe, et de Nicolas Cazalé, jeune comédien électrique, rien ne nous écarte de cette évidence : tranchante ou bouleversante, chaque scène nous explose au visage tel un obus. Captivé comme à une séance de spiritisme, le spectateur reçoit droit au plexus ce spectacle-uppercut qui s’inscrit d’une façon indélébile comme une blessure dans sa mémoire."
A nous Paris

"... La réussite est là, nous sommes plongés dans un film de Pasolini ; ses relations amoureuses avec Davoli (Cyril Romoli), sa rencontre avec Pelosi (Nicolas Cazalé) puis “ Ceux d’en face “ , magnifiquement restitués par Michel Derville. Jean Menaud ne joue pas Pasolini, il l’incarne, il est habité d’un feu intérieur qui le et nous consume (superbe séquence du tournage de “ Théorème “ ). La scénographie de Francis Sourbié et les lumières de Laurent Béal créent et sous-tendent admirablement l’univers pasolinien. Le spectacle est dur, sans concession, mais il est empli de générosité, de poésie, de vie. Le Vingtième Théâtre nous convie à un moment de théâtre rare : courez-y."
Chronic'Art